Le cinéma est-il iconoclaste?

Available

Synopsis

Cet ouvrage analyse les diverses significations du terme « iconoclasme » dont il esquisse une brève histoire, avant de formuler l’hypothèse de l’existence d’un iconoclasme cinématographique, avec ses caractères propres. Cette affirmation en apparence paradoxale trouve sa justification à travers des développements théoriques et des analyses de films. Les procédés dont use le septième art affectent tantôt la forme de l’aniconisme, en particulier chez William Klein, Kieslowski, Zviaguintsev, tantôt celle d’un iconoclasme aux multiples déclinaisons qui investit l’œuvre de divers réalisateurs, Bunuel, Eisenstein, Pasolini, Bergman, Raoul Ruiz ou les Monty Python.

Ce livre d’une universitaire montpelliéraine montre que l’histoire du cinéma n’est pas que celle des techniques, mais que le septième art constitue l’aboutissement de la pensée religieuse sur l’image. Les questions qu’il pose ont été abordées à divers moments de l’histoire de l’art et des religions. La légitimité de la représentation du divin continue à susciter, à notre époque, des réactions de fanatisme et d’exclusion. Les exemples empruntés au cinéma et les analyses que consacre ce livre à un sujet très ancien mais toujours sous les feux de l’actualité, contribuent à apporter des réponses claires à un questionnement complexe.

The Author

open

Marion Poirson-Dechonne, auteur d’une thèse intitulée « Le théâtre dans le cinéma, la question du spectateur », est agrégée de lettres modernes et maître de conférences en études cinématographiques à l’université Paul-Valéry de Montpellier. Membre de l’institut Jean-Vigo, elle a publié divers articles sur le cinéma, et dirigé un numéro de « Cinémaction », « Portraits de famille ». Ses axes de recherches portent sur le cinéma en rapport avec les autres arts, le sacré et le virtuel.

Metropolis projects are supported by

  • logo 0